Pastèque-Citron vert – Partie 2

Il aspira une petite gorgée du breuvage frais. Un sourire se dessinait sur son visage. Quel bon mélange finalement la pastèque et le citron vert : du sucré, de l’acidulé. Un jus qui lui mettait les sens dessus dessous. Tête en bas, jambes en l’air à la première gorgée, retour sur terre quand il en buvait un peu plus. Il aimait bien ce côté manège à sensations avec une simple boisson.
Ses lunettes étaient restées sur sa tête le temps de la dégustation.
Il entendait murmurer aux tables d’à côté. Il savait qu’il n’était pas seul sur cette terrasse mais il avait la douce sensation de se sentir seul au monde, de profiter seul de la vue sur la place et sur le figuier, comme s’il était seul en mer avec de l’eau autour de lui à perte d’horizon.
Les bruits de fond ne le dérangeaient pas : le cliquetis des cuillères sur les tasses, les roues du vélo d’un enfant, les boules du jongleur qui fouettaient le vent. Rien de tout cela ne l’empêchait de rêvasser. Il avait trouvé la clef de la sérénité pour cette journée : un jus de pastèque-citron vert en attendant son frère.
Il jetait, de temps en temps, un coup d’œil sur la route pour voir s’il arrivait. Aucun bruit de moteur ne s’approchait. Il reprit une gorgée de jus et sourit. Ça lui laisserait plus de temps pour lui tout seul.
Les mésanges pépiaient dans le figuier, une grande discussion entre sœurs. Une jolie blonde un peu désabusée traversa la place, sa robe gonflant à la moindre brise. Elle lança un regard noir aux deux filles qui buvaient un café frappé à côté de lui. Il suivit ses yeux pour mieux comprendre et son regard prit la même expression.
Un bruit de moteur fit trembler la place. Une portière claqua. Son frère était là.

Ce contenu a été publié dans Atelier Ecriture-Collage. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.