Ecrire une nouvelle page

La chaleur a effleuré son visage d’une douce caresse. Les premiers rayons du soleil au printemps ne brûlent pas, et c’est ce qu’il aime. Sa vie de questionnement lui donne le trac. Il ne sait pas bien se risquer, oser. Beaucoup d’envies stoppées par la peur. Mais peu de peurs arrêtées par l’enthousiasme. « Peut-être » est un mot très présent, « je vais réfléchir » une phrase qui l’accompagne. C’est un peu comme s’il y avait une créature en lui, entraînant le doute, paralysant ses désirs. Il ne comprend pas l’origine de cet état, qui parfois l’émeut et souvent l’énerve et l’enferme. Tout ce qu’il a manqué et tous les regrets que ça implique. Passer à côté de sa vie. Le savoir ne résout rien, pas de recette pour inverser le sens des choses. Les années passent et sa vie aussi. Comment ne plus être spectateur mais acteur ? Comment ne plus subir ? Comment prendre le contrôle ? Le printemps signe le renouveau. Il espère chaque année mettre également du renouveau dans sa vie. Ecrire une nouvelle page, et à l’encre visible, ne plus l’écrire à l’encre sympathique. Malgré le mois de mars, le temps tourne à l’orage. Il y voit comme un signe du ciel, le signe d’un grand bouleversement. Il entre dans la librairie. Il ne pensait pas qu’un jour il se ruerait dans cet espace qui l’effraie lui qui a arrêté l’école si tôt. Il le vit comme un danger. Le souvenir de ses copains blagueurs qui se moquaient et le « traitaient ». Tout à coup, il a froid, glacé par les souvenirs douloureux qui l’assaillent. Un regard par la vitre, le soleil est toujours là. Malgré le froid ressenti, la sueur perle à son front. Il songe à sortir mais à ce moment-là, la libraire souriante s’avance. « Puis-je vous aider ? Vous cherchez un livre ne particulier ? ».

Ce contenu a été publié dans Atelier Papillon. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.