La langue au chat

– Zut, je suis sûre de la connaître cette blague. J’ai déjà entendu la chute.
– Ah ah ah. Tu donnes ta langue au chat ?
– Non, non, ça y est, je sais. C’est parce qu’ils n’ont pas de nombril.
Le visage de l’enfant se décompose.
– Mais, comment tu sais ?
– J’ai quelques années de plus que toi, j’ai donc entendu beaucoup plus d’histoires que toi. Certaines vraies, certaines invraisemblables et d’autres complètement loufoques.
– Mais, mamie, t’aurais pu faire semblant de ne pas savoir. Je n’arrive jamais à te faire donner ta langue au chat.
– Tu sais, mon petit, je crois que le chat n’y tient pas plus que ça !
– Ben, pourquoi tu dis ça ?
– Tu aimes la langue de bœuf ?
– Beurk, c’est dégueulasse
– Voilà, exactement, c’est indigeste. Et bien, une langue de mamie, c’est pire.
– Mais mamie, le chat ne va pas vraiment la prendre, ta langue ?
– Mais, non mon chéri. Sinon, je ne pourrai plus parler ni discuter avec toi.
Le petit souffle et reprend espoir.
– Dis, mamie, tu crois qu’un jour j’arriverai à te raconter une histoire que tu ne connais pas ?
– Évidemment mon p’tit cœur. Je ne connais pas ton histoire. Elle s’écrit chaque jour. Et chaque jour, ça m’émerveille.
– Mamie, tu sais, j’aimerais avoir autant d’élégance que toi. Tu es toujours belle même en jogging et les cheveux en pétard.
La grand-mère sourit et lui ébouriffe les cheveux.
– Tu veux bien me rendre un service ?
– Oui, si j’y arrive
– Viens dans le jardin, on va arroser les plantes.
– D’accord. Je pourrai manger les fraises s’il y en a ?
– Oui, mais je ne suis pas sûre qu’il y en ait beaucoup. Il y a des figues si tu veux. On fera une tarte pour le goûter.
– Oh oui, j’adore tes tartes à la figue ! Les petits grains me chatouillent la langue.
La grand-mère lui tend le tuyau d’arrosage et ouvre le robinet.
– Attention, l’eau va sortir !
L’enfant commence à arroser les rosiers puis se tourne vers sa grand-mère le tuyau en main.
– Mamie ! Est-ce que…oh, zut, désolé mamie, j’ai oublié pour l’eau. T’es toute trempée.
Ils courent vers l’intérieur pour se sécher, trébuchent presque sur le xylophone resté au sol.
– Mamie, je vais te chercher une serviette.
– Merci
– Mamie, sais-tu pourquoi les funambules marchent sur un fil ?
– Non, mon chat, c’est une autre devinette ?
– Non, je ne sais vraiment pas.
– Moi non plus, ça doit être pour le spectacle.
– C’est vrai que c’est impressionnant les acrobaties. La dernière fois, le prof a voulu qu’on fasse des exercices de cirque. On a fait du trapèze, de l’équilibre sur un ballon, on a marché sur un fil. Je suis un peu nul comme funambule.
– Ne dis jamais que tu es un zéro, un nul ou un moins que rien. On ne peut pas être bon en tout mais pour moi tu vaux tout l’or du monde.
– Tu veux plutôt dire tout l’ivoire du monde ?
– Ah, t’es un rigolo, toi. C’est la devinette de tout à l’heure, c’est ça ?
– Oui, dit-il en riant.
– Tu sais, même si tu ne sais pas marcher sur un fil aujourd’hui, tu apprendras comment garder l’équilibre. Tu apprendras aussi parfois à marcher sur des œufs. Parfois, tu te sentiras comme le nombril du monde, parfois non. Saches juste rester toi et garder en toi tout l’amour qu’on a pour toi.

Ce contenu a été publié dans Atelier Papillon. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à La langue au chat

  1. Chantall dit :

    C’est avec plaisir que je relis ton texte…
    De la joie, de l’innocence, de la tendresse et puis de la sagesse aussi dans ce beau dialogue entre une grand-mère et son petit enfant.
    La fin est superbe, toute pleine d’amour et de confiance…

    • Marija dit :

      Bonsoir Chantal
      Désolée pour le retard dans ma réponse. Je n’ai pas vu ton commentaire de suite.
      Je te remercie pour ce joli commentaire.
      Vu l’accueil que vous avez fait à ce texte lors de l’atelier, je l’ai offert à ma mère qui est une grand-mère comblée.
      Au plaisir de te revoir à un prochain atelier

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.