Le chemin de Nicolas

Nicolas profitait du soleil. Les orteils en éventail sous l’épouvantail. Nicolas mangeait ses calissons le dos contre le tronc. En surveillant les polissons cachés derrière le paravent. Leurs maillots arc-en-ciel les trahissaient et le vent emportait leur secret. Nicolas faisait semblant de ne pas les voir. Dans le soir filant, la daronne finit par les appeler et Nicolas suivit lui aussi, rejoindre la patronne. Ses calissons sous le bras, il remonta à pas lent derrière les enfants. Les taupières dessinaient d’étranges formes dans le jardin. Et Nicolas derrière ses paupières imaginait la vie de ses petits animaux. Dans le ciel, un rapace tournait surement à la recherche d’un lapin à manger. Nicolas lui inventa une carapace pour le protéger. Ses pas craquaient sur les feuilles du chemin quand un chevreuil passa devant lui. Ils se figèrent éberlués de cette rencontre. Au loin, les sons des enfants résonnèrent et l’animal s’enfouit dans les fougères. Nicolas regarda sa montre. Il était temps de passer à l’écurie. Le cheval hennit à son approche. Nicolas sortit une pomme sa poche et lui tendit. Peut-être y avait-il de l’espoir ce soir ?

Ce contenu a été publié dans Atelier Papillon. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.