Miroir brisé

Il avait vraiment du mal à se souvenir du passé, avant, avant que tout arrive. La transformation avait subrepticement opéré en lui jusqu’à prendre possession de tout son être pour faire de lui ce jeune homme étranger, différent, inconnu. Il ressentait une joie mêlée à de la peur dès qu’une situation attendait de lui qu’il opère un choix, qu’il émette une opinion. Chacune de ces occasions lui offrait la chance inouïe de découvrir un peu plus qui il était, comment il réagissait, ce qu’il pensait, quelle était sa position d’homme dans ce monde qui lui apparaissait touffu et régi par des codes mystérieux. Tout était tellement plus simple avant. A présent, ne se reconnaissant plus il sondait muettement le regard de ses interlocuteurs pour essayer d’y déceler un signe lui indiquant s’il était bien celui qu’on attendait qu’il soit. Parfois il entendait comme une voix douce lui parler de l’intérieur et il lui semblait bien que ces accents amis émanaient des tréfonds de son âme. Mais avait-il seulement une âme ? Était-il humain ? Rien de ce qu’il éprouvait ne parvenait à le rassurer sur cette question. Depuis qu’un décret avait prononcé l’interdiction et la destruction de toutes formes de miroirs, sa conscience s’était comme morcelée. Il s’efforçait de reconstituer le puzzle à partir des reflets opaques qu’il captait, éclatés, éparpillés au hasard des rencontres sur le grand échiquier de sa vie mais l’image obtenue bégayait, se dérobait en toute illégitimité. Son incertitude flottait autour de lui comme un grand papillon et lui faisait de l’ombre.

Ce contenu a été publié dans Atelier Papillon, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.