Un service

Tout a commencé par un mot,

Un mot simple que je devais écrire.

Ce mot qui ne résonnait pas en moi lorsque je l’ai pioché s’est finalement réveillé.

Et si je l’utilisais comme un cadeau plutôt qu’une contrainte,

Et si je me rendais un service !

Tout comme le xylophone ce mot peut sonner fort, trop aiguë, presque agressif.

Moi qui de loin préfère les sons plus mélodieux, je décide de le tourner en ce qu’il a de meilleur, en je ne sais trop quoi qui serait bon pour moi.

Je ne vois pas trop en quoi, pourtant c’est bien là…

Alors, telle une funambule, je pars d’un point qui ne me satisfait pas vraiment, je quitte le vacarme trop rigide pour aller en légèreté vers ce qui m’attend de l’autre côté.

Je repars de zéro pour ainsi dire.

C’est un beau cadeau finalement,

Un drôle de petit jeu, un exercice qui me fait découvrir que derrière chaque mot je peux être moi sans pour autant me regarder le nombril, juste être vraie, sans vouloir en faire trop, car pour autant que je sache, nul ne vit dans une tour d’ivoire. Chacun fait de son mieux pourvu qu’il soit heureux un peu.

Je tiens un papier dans ma main, je me dis que je dois tenir bon, que je ne dois pas avoir peur d’oser.

C’est ce que je fais.

Je garde l’espoir que ce n’est pas vain et de ma main je continue d’écrire des mots…

Je ne réfléchis pas beaucoup, je me laisse porter par l’élégance de l’instant qui passe à aller vers moi un peu plus à chaque phrase, et le service que je me rends est sans détour un merveilleux cadeau.

Ce contenu a été publié dans Atelier Papillon. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.