OPERA PAR TEMPS FROID

La Diva chantait

De la vapeur d’eau se formait au sortir de sa bouche

Le temps était glacé

En ces temps d’après-guerre, il  n’y avait plus assez de bois

Même à l’Opéra, et il y faisait froid

Ca me rappelait la guerre

Il n’aurait plus manqué aussi que le tocsin

Et les vins vendus au marché noir

Les topinambours dans le jardin

Et les alertes à la bombe

Une larme coule sur ma joue

Avant le drame, en ces temps là, il y avait Hélène

Le rayon de soleil de mon cœur

Hélas disparue : une bombe perdue

Et mon innocence perdue avec

Sur la scène la Diva chante

C’est le grand air d’ « Iphigénie en Tauride ».

Ce contenu a été publié dans Atelier au Long cours. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.