Et si tu me donnais la main

Et si tu me donnais la main pour une fois ? Si ce n’était pas moi qui étais obligée de saisir la tienne pour que tu ne tombes pas ? Tu préférais me tenir le bras, tu trouvais que cela faisait plus digne. Ce que je ne te disais pas, c’est que la tension de ta main accrochée à mon bras était telle qu’elle me faisait mal. Mais comment refuser son bras à sa mère qui marchait clopin-clopant arrimée à vous le long de la plage ?

Ce contenu a été publié dans Atelier Buissonnier. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.