Le crabe

C’était une drôle de farce ce crabe en salopette jaune moutarde crade !
Un drôle d’apprenti, ce jeune !
Il avait, c’est sûr , envoyé un CV et une lettre de motivation, nickel !
Le patron avait été surpris. Pour une fois qu’il tenait compte des conseils de sa femme Gabrielle. Il avait publié une annonce dans le canard de Saint Valéry .Il voulait un apprenti qui reste plus d’une journée, pour une fois.
Un souhait honorable de commerçant établi.
Le lendemain de l’annonce il reçoit un c.v. et une lettre impeccables
Il rencontre le jeune avant l’ouverture de la poissonnerie.
Tout roule !
Ils s’entendent sur les horaires, le travail, le salaire.
Le patron bedonnant n’y croit pas trop.
Le jeune Albert, un grand échalas boutonneux, tatoué et bien sapé, arrive le lundi avec une heure de retard, enfile sa salopette et ses bottes jaune canard en bougonnant.
Lui, le vieux il dit rien . Il commence à bouillir mais ravale sa colère naissante .
– -Ça va le faire , ça va le faire, sifflote-t-il en rangeant les caisses de sardines et de maquereaux.
Mais l’Albert il attend les bras croisés dans la boutique.
– – Qu’est ce que tu fous ? Viens m’aider à décharger.
– – Non . J’attends les clients. Je suis embauché pour être vendeur pas manutentionnaire. J’ai un Bac Pro Commerce .
Là le patron il bout.
– – Tu joueras à la marchande quand ce sera l’heure.
– – Pour le moment c’est moi le chef. Tu es là pour m’obéir et apprendre le métier.
Le jeune il croit rêver !
Il se laisse tomber sur une palette humide et s’étale de tout son long parmi les sardines, les thons et les crabes.
Ce n’est pas du tout ce qu’il s’imaginait : Vendeur à la grande Poissonnerie de Saint Valéry . C’était classe !
Depuis son entretien avec le vieux , il avait fanfaronné auprès de sa bande .
– – Oui , J’ai répondu à la première annonce qui me convenait , j’ai été accepté tout de suite Vrai de vrai comme je vous parle .J’ai été embauché comme vendeur à la grande poissonnerie de Saint Valéry.
Le jeune, il ne s’imaginait pas une seule seconde se déguiser en marin pêcheur jaune canard et aider à transporter des caisses de poissons grouillants du port au magasin.
Son rêve avait duré quatre jours et une heure.
Adieu crabes, sardines, thons et belle clientèle…

A propos Catherine Z

J'écris depuis mon adolescence...comme beaucoup j'ai tenu un journal intime puis j'ai écrit des poèmes puis des textes et quelques petites nouvelles. J'adore lire depuis que je sais lire . Les livres furent mes premiers amis .
Ce contenu a été publié dans Atelier Buissonnier. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.