Le Crocorail

 

Si les trains avaient la forme de crocodiles, il faudrait bien sûr se méfier de leur gueule béante en tête de locomotive. Le conducteur lui même devrait faire preuve de la plus grande prudence possible pour atteindre le marche-pied. ; marcher sur les bonnes écailles en faisant bien attention à celles piégées qui réveilleraient la bête.

L’arrivée en gare provoquerait toujours un émoi considérable parmi la foule qui n’aurait pas la présence d’esprit de se dire que désormais les trains sont comme ça.  Passée la première frayeur, il faudrait soigneusement éviter les mouvements de balancier de l’animatronique.

Les voyageurs les plus entraînés n’auraient que quelques sauts à faire mais pour les plus novices, ce serait une autre paire de griffes… Et de griffes parlons-en. Comme si une pluie de valises enveloppées de cris stridents ne suffirait pas à donner le ton d’une atmosphère presque apocalyptique, les ingénieurs auraient doté la structure gigotante de pattes acérées qui lacéreraient tout ce qui leur tombe dessous.

Ici, je tiens tout de même à vous rassurer : ils penseraient aussi à des équipements de sécurité. Pas d’effusion de sang donc, juste quelques dentelles éparpillées.

Une fois tout le monde en place dans l’estomac de la bête, on se tiendrait accroché à des côtes en papier mâché ou d’immondes intestins dégoulinants de gelée royale. Le voyage entamé sur un énorme grognements ne serait pas sans dommage pour tous ces aventuriers malgré eux. Ils seraient comme des primates dans une machine à laver à 1200 tours. Et c’est cahin-caha, qu’ils arriveraient – osons le dire – à bon port.

Non, il n’y a pas à dire, ce serait une fichue idée.

A propos Elise V

Auteur et artiste visuel née en 1990. Vit et travaille en région parisienne. Participe aux ateliers sous les toits depuis janvier 2018. Publications dans les revues An Amzer Poésie, Bloganozart, Fantasy Art & studies et dans les recueils collectifs A-Marée et Encuentro chez Bloganozart Editions. Parution en 2015 de Jacques Cauda, in Cauda venenum aux éditions Jacques Flament, biographie du peintre et écrivain Jacques Cauda, en co-écriture.
Ce contenu a été publié dans Atelier Buissonnier, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.