Passiflore

Je les ai tous ébahis, je crois. J’ai travaillé sans relâche, m’exerçant encore et encore pour que le quadruple saut périlleux soit exécuté avec brio et perfection. Décrivant des cercles précis et traçant les contours d’une grande passiflore.

Maintenant, le grand plongeoir en a fini de vibrer. Les flots se sont refermés au dessus de ma tête. Je me détends sous l’eau dans la piscine et il me semble que rien ne s’est passé comme prévu. Je n’éprouve plus le désir de remonter à la surface. Mes oreilles sifflent. Mes jambes me semblent queue de sirène. Un long ruban rouge s’enroule autour de ma vision troublée puis s’effiloche au large, montant doucement vers le miroir du ciel. Je me laisse mollement bercer par un endormissement irrépressible qui me susurre des chansons enfantines.

Je suis bien, je crois.

Ce contenu a été publié dans Atelier Buissonnier, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.