A l’abri des regards du monde

Assise à mon bureau, à l’abri des regards et face à la mer, j’écris. Sur la mer qui s’offre à mes yeux, sur l’horizon un peu flou mais qui pousse à regarder le ciel. Ce ciel d’un bleu ardent. J’aimerais mieux me connaître, ne pas m’attacher à l’opinion des autres. Etre moi. Assise à mon bureau, je me sens connectée à ce que je suis. C’est l’endroit où j’aime lire aussi. Les nouvelles du Times sur le monde qui m’entoure ou plus éloigné de moi. Des histoires qui me touchent. Celles des migrants qui n’arrivent pas toujours à atteindre les terres qu’ils considèrent comme des eldorado. La terre que l’homme mange sous les mots des dirigeants de ce monde qui se veulent rassurants. Comment partir en vacances et oublier toute cette misère ? Profiter de sa vie ? Les désastres nous émeuvent mais nous les oublions. Envie de crier, de changer les choses. Pourquoi continuer ainsi en sachant que nous courons à notre perte ? La planète survivra mais certainement pas l’Homme. Juliette ne veut plus de Roméo ou peut-être que si. Elle a le coeur léger et aime être courtisée. Roméo c’est bien, mais renoncer aux autres, y est-elle prête ? La vie l’appelle. Des séismes, des fractures. Sur la Terre comme dans nos vies. Les failles apparaissent, l’ocre de la terre se mélange au noir de nos âmes.

Se retirer pour se régénérer, regarder la beauté du monde et oublier quelques instants ses tragédies. Observer son jardin secret pour mieux se connaître. Le silence comme un remède.

Ce contenu a été publié dans Atelier Ecriture-Collage. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.