Un palais de silence

Dehors les cerisiers en fleurs ondulent. A l’intérieur, elle regarde les reflets de l’eau sombre du bain. Les lampions colorés de la fête égayent l’onde. Son kimono dévoile une épaule et son dos. Sa présence s’inscrit dans un tableau, une contemplation. Au loin, l’arche du pont rouge relie le jardin à la forêt. Au-delà, la mer s’étale. Au cœur de la nature la vie bat, les arbres s’élancent vers le ciel, les montagnes coiffées de neige jaillissent fièrement. Un sentier clair serpente, il se perd entre les troncs de grands baobabs aux fleurs écarlates. L’esprit circule au milieu des merveilles de la nature. Une cascade joyeuse, bruyante traverse et emporte avec elle une pluie de roses et de marguerites. Une enfant cherche son chemin. Elle répète les formules magiques pour éloigner les esprits moqueurs. Elle lève les yeux vers le ciel. Il s’entrouvre, la lumière douce du matin, pailletée de rosée, descend doucement. Une pluie légère de fleurs de cerisier tourbillonne en l’air.

Ce contenu a été publié dans Atelier Ecriture-Collage. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.