Après chaque nuit, …

Rupture. Le mot rejeté. Personne ne voulait de toi. Pourtant, je trouve que le rupture n’est pas forcément une mauvaise chose. La rupture laisse place au renouveau. J’aime la rupture entre le jour et la nuit. Mais encore plus celle entre la nuit et le jour. Regarder la nuit doucement laisser place au jour. De noir à la couleur. Du calme à  la fulgurance. Regarder les yeux embués de sommeil retrouver leur vivacité. Voir les songes tombés dans l’oubli et les pensées traversées l’esprit comme un avion traverse le ciel. Les deux moments offrent des instants si différents. Mais encore plus, la rupture entre les deux est un instant à lui tout seul. Suspendue entre les deux, la rupture offre des couleurs inattendues, des rencontres étranges, des joies insoupçonnées. J’aime aussi la rupture entre l’inconfortable et le confortable. Surtout chez les gens. C’est encore plus flagrant chez les timides. Voir leur timidité s’envoler. L’instant même où ils se rendent compte qu’ils sont bien, à leur place, entouré de gens qui les comprennent. On peut alors voir leurs silences gênés et leurs phrases maladroites se transformer en sourires assurés et conversations étonnantes. Leurs épaules et leurs visages se relaxent et la sérénité prend place dans leurs yeux. Il est vrai néanmoins que l’on ne peut pas lire rupture sans penser à toutes les mauvaises ruptures. Ou plutôt à toutes les ruptures douloureuses. Celles que l’on voudrait oublier, effacer. Mais peut-être peut-on apprendre quelque chose d’elles ?Peut-être sont-elles nécessaires parfois ? Je le crois; Et pourtant je n’ai pas envie de parler d’elles. Car quand une porte se ferme une autre s’ouvre. Car après la pluie le beau temps. Car une de perdue dix de retrouvées. C’est bateau. Mais peut-être est car il y a un fond de vérité. J’aurais plutôt tendance à dire, pour revenir à nos premières lignes, qu’à la fin de chaque nuit il y a un lever de soleil. Il y a ce petite rayon de lumière qui illumine petit çà petit chaque recoin, qui repousse l’obscurité et ses pensées noires. Il pare le ciel de couleurs et amène un nouveau jour.

Ce contenu a été publié dans Atelier Papillon. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.