Au chou !

Mon chou par ici, mon chouchou par là, les demoiselles d’honneur couraient dans tous les sens.

Au milieu de la chambre, Rose se tenait, en string blanc, soutien-gorge immaculé, et jarretelle apprêtée. Ses épaules, ses courbes attendaient la robe de mariée.

Angela, Sabrina et Déborah s’agitaient perpétuellement. L’enterrement de vie de jeune fille s’était relativement bien passé. Quoique. Le samedi matin avant l’aube, ivres de fatigue, elles avaient planqué la robe dans la camionnette de Gino. Et Gino, il allait sur le marché. Il avait chargé le Trafic avec les choux qui font sa réputation. Chou pommé, chou vert, chou rouge. « A tous les choux on gagne » avait-il fait marquer sur le fourgon. Les feuilles de chou en suintant avaient commencé à ternir la robe de la future épouse. Mais son chou de mari allait-il apprécier ?

Lorsque Gino revint, à vide de choux mais avec la robe, Angela-chou, Sabrina-chou et Déborah-chouchou hésitèrent à immerger la toilette de détergent.

– C’est pas chou ! gémit Sabrina.

– Oh, là là, que de chouchis ! se lamenta Angela, dont le cheveu sur la langue se rebellait en situation de stress.

Déborah fermait les yeux et réfléchissait intensément à 2 à l’heure. Fallait pas trop lui en demander ; elle avait encore mal au crâne après la fête de la veille.

– Alors, on fait comment les choux ? Rose va commencer à se douter de quelque chose.

Dans la piaule, Rose était davantage refroidie que suspicieuse.

– Mais elles font quoi les greluches ? Je me marie dans 2 heures et je suis encore quasiment à poil.

Elle enfila une robe de chambre et attendit.

Un éclair de génie traversa le cerveau de Déborah-chouchou.

– Ça y est ! J’ai trouvé ! On va faire une Lady Chou Gaga !

Angela et Sabrina se regardèrent, interloquées.

– Elle a pété un boulon. Je t’avais bien dit qu’il fallait pas la laisser mélanger les amphètes et la coke, chuchota Sabrina. Ça la fait disjoncter.

– Mais siiii, reprit Déborah ! Lady Gaga s’est habillée d’une robe en viande. Eh bien, nous, on va faire la robe veggie. Avec des feuilles de chou. Hé, les choux : Y’en a là-dedans, non ?

Angela et Sabrina levèrent les yeux au ciel. Au chou !

Ce contenu a été publié dans Atelier Papillon. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.