Et si l’eau montait?

L’eau montait. Jour après jour. Inexorablement. Il regardait tous les matin la jauge au fond du jardin, là où passait la rivière. Cela avait commencé avec un printemps pluvieux, un été pourri et un automne torrentiel. L’eau avait presque atteint le potager, et il sentait que toute la terre était gorgée d’eau sous le gazon pourrissant. Bientôt le jardin ne serait plus qu’un souvenir. Il regarda de nouveau la jauge.

Bientôt.

Bientôt il pourrait rejoindre la rivière, et accomplir sa destinée.

Sa peau desséchée par l’air lui faisait mal, et il avait de plus en plus de mal à camoufler les palmure de ses doigts. Ses yeux souffraient aussi de la lumière blanche de la surface. Bientôt il pourrait nager dans les profondeurs boueuses et vertes de la rivière, se lover sous les berges autrefois découvertes.

L’eau montait, et il n’en pouvait plus d’attendre que son heure soit venue.

Ce contenu a été publié dans Atelier Papillon. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.