Evasion

Lorsque je me suis évadée, le soleil brillait. C’est ce qui m’a décidée, d’ailleurs. Pourquoi s’enfuir un jour de pluie. Je savais que la route allait être longue. Je l’ai compris quand j’ai enfin su où je me trouvais. J’ai décidé d’y croire et de me jeter dans l’aventure, d’y plonger en quelque sorte. Pour moi, il s’agissait d’un jeu, je n’avais plus rien à perdre. Ma vie n’en était plus une. Elle ne me correspondait plus. Je m’étais laissée enfermer dans une routine qui ne me faisait plus vibrer. Est-ce que ça avait déjà été le cas ? Je réveillais Elsa et lui murmurais « ça y est, c’est maintenant ». Elle m’a regardée, ses petits yeux emplis de sommeil et des rêves de la nuit. J’ai eu peur qu’elle crie, mais non, elle s’est levée, son petit Jojo coincé sous son bras. Elle avait toute confiance. Sûrement parce qu’elle avait cinq ans. Nos affaires étaient prêtes depuis le soir. Il suffisait de s’habiller et de prendre la route. La voiture garée plus loin pour que nous partions sans bruit. Elsa me prit la main et me suivit. Il nous fallut marcher un moment. Je ne pouvais pas mentir à cette petite fille mais je n’avais pas envie de lui parler maintenant. Je le ferai lorsque nous serions loin. Pour l’instant marcher me détendait. La voiture apparut derrière un bosquet au détour de la route. J’attachais Elsa sur son siège à l’arrière. Sortis un paquet de gâteaux, la serrais dans mes bras et l’embrassais. Elle ne semblait pas inquiète, elle avait faim. Elle malaxait son Jojo et le tenait fort contre elle. Je montais à l’avant, m’attachais sans un mot et démarrais vers un ailleurs qui je l’espérais serait meilleur.

Ce contenu a été publié dans Atelier Papillon. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.