Le jardin

Lena regardait le morceau de terre devant elle, les mains sur les hanches et le visage songeur. Quand elle avait acheté la maison, elle avait eu de grands espoirs, de grandes envies. L’idée de mettre les mains dans la terre, de remodeler l’espace était quelque chose qu’elle avait toujours voulu faire. Voir grandir les plantes. Voir le fruit de ses actions et efforts prendre forme. Elle n’avait jamais pu le faire avant. Les quelques plantes d’appartement accumulées au fil du temps insuffisantes. Malgré cette envie tenace, elle n’avait pas pu s’y mettre tout de suite. En effet, elle avait acheté la maison avec son mari en hiver. Au début, la vue de la verdure avait suffi à lui tirer un sourire tous les matins. Mais rapidement, elle avait voulu rendre à ce morceau de jardin un deuxième souffle. Les anciens propriétaires avaient laissé l’endroit quelque peu à l’abandon. Des arbres haut de 6m. Des débris dans tous les coins. Un rosier plus qu’envahissant. Une pelouse faisant comme bon lui semble. Ils s’étaient résigner avec son mari à faire abattre un certain nombre d’arbres. Beaucoup trop grands et imposants pour le terrain. De cela avait résulté deux choses. Une bonne et une moins bonne. Le terrain s’était ouvert et l’espace était agréable, mais rien ne pouvait être planté tout de suite. Le sol devait se reconstituer avant. Lena avait alors entrepris de prendre soin de ce qu’il restait et de rajouter quelques fleurs en pot. Néanmoins cette année, elle ne comptait pas seulement s’extasier sur quelques tulipes en jardinière. C’était pourquoi elle se tenait devant la pelouse à réfléchir et se motiver. Elle avait enfiler son vieux jean troué et son vieux pull lui aussi troué. De son côté, son mari, peu intéressé par l’extérieur sauf pour en profiter, avait proposé de s’occuper du bricolage intérieur. Lena aurait aimé partager ce passe-temps avec lui. Mais tant pis. Elle avait des idées dans tous les sens. Plein de fleurs. Tulipes, jonquilles, narcisses, jacinthe, crocus. Et un potager. Surtout un potager. Faire pousser des légumes. En prendre soin. Puis récolter et manger sa production. C’était ce qui la faisait vibrer. Mais avant toute chose, il fallait bêcher. Retourner la terre et l’enrichir. La préparer au mieux. Elle avait enfin une idée précise de l’endroit du potager et du parterre de fleur. Il ne restait plus qu’à s’y mettre. Lena s’empara de la pioche pour essayer de casser la terre avant de la retourner. Elle inspira profondément, la leva au-dessus de sa tête puis elle expira et abattit la pioche. Le choc se réverbéra dans ses mains et ses bras mais elle ne lâcha pas. Elle répéta le mouvement encore et encore. Jusqu’à ce que ses mains soient sensibles et que ses bras protestent. Elle s’accorda une petite pause. Un verre d’eau, quelques plaisanteries avec son mari. Puis elle délimita exactement ses carrés à la pelle avant de continuer. Cette fois-ci, elle travailla à la bèche. Enfoncer dans la terre avec le pied, puis retire avec la force des bras. Jusqu’à voir que toute la terre est été retournée. Il y avait alors devant Lena un carré parfait le long du mur et une bande le long de l’allée. Un carré en plein soleil pour les légumes. Une bande de fleur pour accueillir les gens. Ce n’était que le début. Il restait encore à planter, semer, arroser et espérer. Mais c’était un bon début et la fin d’après-midi approchait. Lena avait mal partout, des ampoules aux mains, de la terre dans tous les coins, mais surtout un immense sourire accroché au visage. Elle savait que tout cela valait la peine. son jardin ne ressemblait pas à grand chose pour l’instant. Néanmoins, elle savait que bientôt cela changerait. Il fallait juste un peu plus de temps. Et elle, qui n’était pas patiente, était prête à attendre.

Ce contenu a été publié dans Atelier Papillon. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.