Les grandes questions du Jardin des Plantes

Le stagiaire est arrivé hier au Jardin des Plantes. Son boulot consiste à concevoir des solutions aux grands enjeux de la ménagerie et du Muséum.

Anticiper, c’est prévoir, lui a martelé son maître de stage, qualifié en pléonasme.

Un calepin dans une main, le garçon passe en revue les cages du jardin.

Son responsable lui a fourni une grille d’analyse qui recense différents items à compléter.

Grande Question n°1 : Et si le lion sortait de sa cage ?

Alors les poules nous mordraient les mollets, note-t-il consciencieusement. Avec la réduction des budgets, la volaille partage ses nuits avec le roi de la jungle. Faire sortir le lion, cela revient à sauver Jacotte, Biscotte et Cracotte.

NDLR. Il paraît que c’est un Monsieur Heudebert qui les avait offertes au Muséum. En guise de remerciement, les employés leur ont donné des noms évocateurs.

Grande Question n°2 : Et si les mammouths se rasaient ?

[Concentré] Faire une étude de marché pour déterminer les coûts d’une association avec Bic ou Wilkinson.

P.S. Ne pas oublier les lotions anti-acariens. Ils adorent les poils.

Grande Question n°3 : Et si les fossiles exposés contenaient de l’ADN ?

[Enthousiaste] Je me dépêcherais de faire le test pour savoir si j’ai un lien de parenté avec les mollusques ou les poulpes.

Grande Question n°4 : Et si les chats chantaient la nuit ?

[Révolté] Depuis les Chats Sauvages dans les années 60, les félins ont le droit de chanter nuit et jour.

Ce contenu a été publié dans Atelier Papillon. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.