Matin difficile

Le réveil sonne. Pffff ! Déjà ! Allez, je dors encore un peu et je me lève. Il sonne de nouveau. Une rapide réflexion. Si le réveil sonne, c’est que je dois aller travailler. L’idée ne m’emballe pas vraiment. La fête était sympa hier soir et elle a fini tard. Peut-être un peu trop arrosée aussi. J’ai comme un casque sur la tête, mes yeux ne veulent pas s’ouvrir, mon corps ne répond à aucune des commandes que mon cerveau lui envoie. Comment échapper à cette journée professionnelle ? Me vient en visuel l’image de mon planning du jour. Au secours ! Ce matin, encore ce matin, comme de nombreux matins, c’est toujours l’heure d’aller au boulot à cette heure-là. La question essentielle étant par quel moyen de transport ? En métro si le temps est pluvieux, à trottinette si le soleil pointe son nez. Ce matin, les chaussons me paraîtraient plus appropriés à la situation. Mon corps répond enfin et se dirige vers la fenêtre. mon cerveau reconnaît la pluie. Il faut bien être un peu d’eau dans son vin parfois. Pffff, pas envie d’y aller. Ces réunions à n’en plus finir, le chef qui râle parce qu’il a oublié de mettre un sachet de thé dans son eau chaude, la connexion au serveur interrompue, l’imprimante qui affiche encore « bourrage de papier » et clignote plus que les lumières dans une boîte de nuit. J’ai envie de me recoucher pour ne plus entendre le joueur de djembé dans ma tête. C’est quand les vacances ?

Ce contenu a été publié dans Atelier Papillon. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.