Le violon rouge

Par la fenêtre de ma chambre au cinquième étage, je t’observe tous les après-midis.
Tu ne le sais pas ou tu simules l’ignorance.
Tu brosses lentement ta longue chevelure rousse , puis tu saisis délicatement ton violon rouge, ton vieux professeur chauve cogne à ta porte.
Tu t’installes lascivement dos à la fenêtre et j’entends tes gammes dissonantes.
J’attends ce moment.
J’aime plus que tout te voir poser doucement ton violon cramoisi sur ton épaule frêle.
Tu écoutes sagement les conseils de ton vieux professeur.
Tu ne progresses pas mais tu joues inlassablement.
Jamais tu ne me regardes.
Moi qui passe mes après-midis à admirer ta beauté de jeune fille épurée , mélancolique.
Tu te joues de moi, comme tu joues de ton violon.
Sans désir, uniquement par habitude.
Je sais que je devrais quitter ma posture d’attente sans espoir.
Je continue à t’admirer , beauté sauvage et détestable qui se joue de moi.

A propos Catherine Z

J'écris depuis mon adolescence...comme beaucoup j'ai tenu un journal intime puis j'ai écrit des poèmes puis des textes et quelques petites nouvelles. J'adore lire depuis que je sais lire . Les livres furent mes premiers amis .
Ce contenu a été publié dans Musée-Ecriture. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.