les trois soeurs

Berck Plage, son immense jetée, sa mer gris-vert et son ciel bas !

La bande des trois filles marchent ou plutôt courent vers la jetée avec leurs seaux et leurs râteaux.
« Doucement, calmement » crie la mère en trottinant derrière ses excitées.

Les filles, elles, s’en moquent de la couleur du ciel.
Elles veulent jouer à la marchande.
Elles colorent le sable mouillé avec leurs précieux pigments, confectionnent leurs petits pâtés rouge, jaune, bleu et vert qu’elles se vendent.

La mère, elle, regarde le ciel, heureuse si le ciel est bleu pétant, furieuse si le soleil se cache derrière les nuages. Encore un après-midi gâché par l’absence de son astre fétiche.

Elles, ses filles, pataugent dans l’eau et se préoccupent uniquement de leur magasin de sable.

A quatre, six et huit ans, la vie est simple, pense la mère.
Elle, elle, gère tout : les courses, la lessive, la cuisine, le départ pour la plage.
Toujours à se bagarrer, à s’observer, à se comparer.
Pour les filles, tout est facile : La plage, le sable, les pâtés de couleur et les berlingots.

A elle, l’intendance.
Madeleine, n’exige rien, juste son quota de soleil.
Certes le trouver à Berck est une gageure.
Le ciel gris et bas est plutôt l’apanage de cette contrée.
Les filles sont heureuses, cela devrait suffire à Madeleine.
Mais, Madeleine est amoureuse du soleil, ses filles viennent après.

A propos Catherine Z

J'écris depuis mon adolescence...comme beaucoup j'ai tenu un journal intime puis j'ai écrit des poèmes puis des textes et quelques petites nouvelles. J'adore lire depuis que je sais lire . Les livres furent mes premiers amis .
Ce contenu a été publié dans Musée-Ecriture. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.