Les années, d’Annie Ernaux

Toutes les images disparaîtront.

Cette première phrase illustre le point de départ de l’auteur. Annie Ernaux décrit des photos, ou des films de famille, pour raconter le passage des années, de l’après-guerre au début des années 2000.

Nous y percevons la conscience collective, l’appréhension des événements qui ont marqué soixante ans de notre histoire.

Certes cela pourrait faire penser à un inventaire, mais j’ai aimé la singularité de l’approche.

Annie Ernaux, Les années, Paris, Gallimard, 2008, 242p.

Ce contenu a été publié dans Livres aimés. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.