Vendredi ou les limbes du Pacifique, de Michel Tournier

Enfant, j’ai lu Vendredi ou la vie sauvage. Le siècle suivant, je découvris que ce titre désignait la version pour la jeunesse. Le roman, publié en 1967, avait pour titre Vendredi ou les limbes du Pacifique.

Je m’aidai d’un dictionnaire pour comprendre les termes maritimes et plongeai dans cette profonde réflexion sur la solitude, l’abandon, sur ce qui fait de nous des hommes , et notre relation à l’Autre, lorsqu’il ne nous ressemble pas.

Les phrases sont belles, et je me suis prise à espérer qu’il s’échappat, jusqu’au coup de théâtre final.

  • Michel Tournier, Vendredi ou les limbes du Pacifique, Paris, Gallimard, coll. « Folio », n°959, 1972, 283p.
Ce contenu a été publié dans Livres aimés. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.