« comment j’ai cultivé des petits pois en Alaska

Comment les idées arrivent elles au cerveau ?

Anne 7 ans interroge sa maman

  • Je ne sais pas Poussin
  • Je veux dire, elles sont où les idées avant de venir dans notre tête ?
  • Elles sont nulle part Poussin, elle se fabriquent dans ta tête.
  • Oui mais si je te dis : « j’ai cultivé des petits pois en Alaska » il faut qu’il y ait tous les mots dans ma tête, avant et qu’ils se mettent dans l’ordre pour faire l’idée.
  • Mais pourquoi l’Alaska, interroge la maman, comment tu connais ce pays ?
  • Ben je ne le connais pas, dit Anne.
  • Tu en as entendu parlé Poussin.
  • Non je l’ai inventé dans ma tête, c’est pour ça que je te demande où sont les idées avant d’être dans notre tête.
  • On ne peut pas cultiver les petits pois en Alaska poussin, reprend la maman.
  • Ah bon pourquoi ?
  • Parce qu’il fait trop froid en Alaska.
  • Mais alors pourquoi j’ai cette idée dans ma tête depuis que je me suis réveillée ?
  • Poussin, tu as entendu parlé de l’Alaska dans un livre ou à la télé, et tu auras fait un rêve, et comme tu ne sais pas le climat l’Alaska, tu as pensé qu’on pouvait y cultiver des petits pois, tu veux manger des petits pois au diner Poussin ?
  • Anne pousse un soupir, je crois que notre cerveau va chercher les idées quand on dort dit elle et surement que si j’ai pensé que les petits pois peuvent pousser en Alaska, c’est que c’est possible, sinon mon cerveau travaillerait pour rien !
  • Et que penserait ton cerveau si le mien avait l’idée de faire un gâteau dit la maman.
  • Un gâteau raté ou un gâteau réussi demanda Anne.
  • Un gâteau du genre avec des œufs du sucre, et de la farine, dit la maman qui s’impatientait un peu.

Le visage d’Anne s’embla s’illuminer

  • Et la première maman qui a eu l’idée de faire un gâteau, comment son cerveau a deviné qu’il fallait mélanger le sucre, les œufs et la farine, hein tu voies, en fait les idées elles sont autour de nous comme des nuages et parfois notre cerveau les attrapent.

La maman regardait sa fille avec étonnement et admiration, jamais même adulte elle ne s’était posé de telles questions, et là si elle cherchait une réponse tant soit peu scientifique, elle n’en trouvait pas, une poétique non plus d’ailleurs.

  • Ton cerveau va très vite Poussin, tu es sans doute très intelligente, et peut être vas-tu inventer la culture des petits pois en Alaska.
  • Non, lança Anne, finalement je préfère t’explique comment j’ai adopter un Gnou !
Ce contenu a été publié dans Atelier au Long cours. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

6 réponses à « comment j’ai cultivé des petits pois en Alaska

  1. Catherine Z dit :

    Ton texte est touchant ! J’aime beaucoup cette idée qu’un enfant se pose des questions sur le pourquoi de nos idées etc.
    Merci !

  2. aliette dit :

    Les réflexions des enfants sont un puits infini d’étonnement ! Merci pour cette histoire, qui se termine avec l’évocation du jeu formidable : « comment j’ai adopté un gnou »!

  3. Sylvie W dit :

    C’est non seulement une charmante histoire mais aussi un fabuleux moment de curiosité ingénue et profonde comme seuls savent nous offrir les enfants qui n’ont aucune peur de partager leurs questionnements.
    Merci, merci, merci!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.