Le festin de Mousse

Mousse est inquiète sur son fauteuil de velours rose, derrière la fenêtre il fait soleil, de ces journées implacables où le soleil écrase tout, les ombres, les gens, les animaux, elle sent qu’elle transpire là sous ses cuisses en contact avec le velours, c’est pas une journée pour annoncer une telle nouvelle, la lettre est tombée par terre à ses pieds et la tête lui tourne tellement qu’elle ne parvient même pas à se pencher pour la ramasser, elle pourrait faire comme si elle ne l’avait pas lue, l’ignorer sur le tapis et aller dans le jardin au bord de la mare traîner un pied dans l’eau froide. Mousse préfère taire ce qu’elle a lu.

L’eau de la mare est fraîche, oui mais elle a lu, elle peut faire semblant, oui mais elle sait et ça change tout. Elle n’est pas très curieuse d’habitude, pourquoi ouvrir cette lettre, qui d’ailleurs ne lui était pas destinée.

C’est une journée impitoyable, un soleil de tragédie, elle l’a toujours pensé, la tragédie c’est une affaire Grecque, ça se situe pile à midi, lorsqu’on a même plus d’ombre sous les pieds pour se rappeler qu’on est vivant.

Elle aimerait rembobiner les vingt dernières minutes, sortir d’un rêve, elle ne va pas tergiverser, le volume des battements de son cœur est si fort qu’il fait trembler la surface de l’eau, elle va mourir, maintenant c’est sur, c’est écrit dans la lettre que le médecin à envoyé à son mari, elle ne verra pas l’hiver arriver, elle peut plonger toute entière dans la mare et qu’elle s’y noie ou pas elle mourra bientôt.

Mousse a peur, mais elle est d’un tempérament optimiste,  et puisque c’est ainsi, qu’elle ne peut rien changer, elle fera mardi gras en plein été, elle va cuisiner tout ce qu’elle aime, des tartes, des poulets grillés, du couscous, des brochettes de loukoums, des bols de fraises des bois avec de la crème chantilly, des kilos de crème blanche et sucrée. Elle fera le festin de Mousse, et dressera une table au milieu du jardin, elle mangera sans compter, s’empiffrera jusqu’à éclater, jusqu’à ce que son corps explose dans une odeur de chocolat et d’éclats de caramel.

Ce contenu a été publié dans Atelier au Long cours. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.