Le nuage est déjà passé

  • La Sonnette ! crois-tu qu’ils ont entendu la sonnette ?
  • Je ne sais pas, elle est bien silencieuse cette maison, la rue aussi d’ailleurs, s’ils sont là ils ont forcément entendu.

Une nouvelle fois un son strident déchira l’air, rien d’autre, pas un cri d’oiseau, pas un bruit ni même le frôlement de l’air sur les branches de l’arbre voisin, tout l’espace était soudain précipité dans le silence, comme une grande inspiration qui n’aurait pas de chute.

Une passa la porte

  • Il y a quelqu’un ?

Elles entrèrent dans la première pièce qui se trouvait être la cuisine, sur la table une vieille toile cirée à carreaux rouges et blancs, un panier avec à l’intérieur des champignons totalement sec, deux verres dont le contenu ayant séché lui aussi, laissait une trace brune, à côté, deux bouteilles de bière.

  • Tu vois, ça doit faire longtemps, ils ne sont pas venus ici, tu penses C’est trop loin, trop isolé, ils ont eu la flemme . . . Elle reprit :
  • Il y a quelqu’un ?… Bon vas-y récites, on continuera après, c’est comme ça, c’est la procédure

Autre éleva la voix :

  • Aux occupants, Vous êtes dans une zone d’activité négative, vous devez évacuer les lieux de votre plein grès, ou nous procéderons à une évacuation de force, m’avez-vous comprise ?
  • Eh ! regarde, ils allaient faire des crêpes.

Tu plaisante ! dit Une, on est pas là pour faire les pitres, C’est sérieux, on en a balancé une centaine dans le Tibre hier !

Elles avancèrent dans la pièce voisine et découvrirent là au milieu du salon, un homme assis dans son fauteuil aussi sec que les champignons de la cuisine.

  • Bon c’est trop tard dit Une, c’est le père, je le connaissais, il avait toujours ce béret sur la tête avant l’épidémie.
  • On fait quoi alors ? on cherche les autres ?
  • Non, si tout est sec comme ça, c’est que le nuage est déjà passé, il n’y a plus rien à faire, les autres sont sec aussi, c’est pas la peine de les ramener avec nous, on peut enlever les combinaisons on va rester dans le jardin, un peu, pour souffler, faire un tiercé vite fait j’ai une appli sur le téléphone, histoire de passer les 3 heures réglementaires, puis on s’en ira vers le Tibre et on s’y baignera.

 

Ce contenu a été publié dans Atelier au Long cours. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.