Ophélie, la lande, et la baignoire

Quelle baignoire peindre ? il fallait la trouver, je ne peints que d’après modèle se dit elle, ça fait bien 40 ans tout de même et c’est pas aujourd’hui que ça va changer !

Par la fenêtre l’air de la mer apportait de la plage, plus bas, le cri des mouettes, le ressac des vagues, et le bruit des moteurs des derniers chalutiers qui rentraient avant la marée.

Une baignoire blanche et lisse, avec des pieds en pattes de lion, je la porterai sur la lande, elle se couvre de bruyère en ce moment, ce sera magnifique pensa t-elle , il me faudra trois jours, un pour quitter l’île, un autre pour trouver la baignoire, chez l’antiquaire sans doute, un troisième pour revenir sur l’île. Que faire d’Ophélie, trois jours c’est long, il ne fait pas encore assez froid dans la cave, et l’immerger dès aujourd’hui ne lui sembla pas très intéressant; un séjour prolongé dans l’eau avant de commencer le tableau ne serait pas très heureux, ni pour les couleurs , ni pour les contours.

Elle est jolie Ophélie, posée sur le fauteuil de la cave, malgré les somnifères ses yeux ne se sont pas fermés après le coup.

Je peints toujours d’après modèle, dès les beaux arts j’avais compris que là était le secret des œuvres réussies dit elle à haute voix.

Je vais demander à l’antiquaire de me livrer la baignoire, il acceptera, il a déjà fait tant de choses insolites pour moi. Je dois aller vite maintenant c’est sans doute mon dernier tableau. Comment nier ce qui est arrivé devant les policiers, même s’ils sont stupides. Il me faudra déplacer Ophélie avec prudence, l’installer dans la baignoire remplie d’eau de mer, elle y flottera avec ses long cheveux roux, et le rouge de la blessure sur le blanc de sa robe; ce tableau s’appellera:  Ophélie, la lande et la baignoire, ce sera un chef d’œuvre.

Le quatrième jour le policier William S. resta muet devant la scène qu’il avait sous les yeux, une jeune femme un couteau planté dans le cœur est allongée dans une baignoire, au milieu de la lande, une femme palette à la main met une dernière touche de peinture rouge sur le tableau qu’elle vient de peindre.

Je peints toujours d’après nature lui dit elle.

 

 

Ce contenu a été publié dans Atelier au Long cours. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.