Trufemus chat

Trufemus était un gros chat orange, il avait l’habitude de venir nous dire bonjour à l’atelier, il miaulait devant n’importe quelle porte, et il y avait toujours quelqu’un pour venir lui ouvrir.

Il parait, et c’est scientifique, que les humains on beaucoup d’empathie pour les chats, du moins leurs miaulements ne nous laissent jamais indifférents, soit ils nous exaspèrent et nous les expédions d’un coup de pied dans l’arrière train jusqu’au jardin le plus proche, soit nous nous répandons en sauce au sucre.

Seuls les chats dominent les humains a leur insu, cependant quand nous lui disions Truffi mon minou, mon chat, Tufemus contemplait de ses yeux vert d’eau SES humains, SON petit personnel. Il choisissait celle ou celui dont la décrépitude affective était la plus flagrante et d’un bond il grimpait sur les genoux de l’humain un peu crédule, trop heureux d’être l’élu, le préféré du félin, pauvre de lui, il ne savait pas qu’au creux des rayures rousses se cachait un cœur d’artichaut, un qui aime par intermittence,  au grès d’un plat de croquettes, ou d’un bol d’eau fraîche.

Désormais tous les tambours du monde peuvent résonner en même temps, Trufemus fait sa sieste lové sur l’étagère des nuages où sèchent les aquarelles, peu importe il dort pour l’éternité.

 

Ce contenu a été publié dans Atelier au Long cours. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.