A vélo dans les lettres

A vélo, d’île en île,
le long de l’Ebre,
en Italie, jusqu’au Y grec,
Je laisse courir ma détresse

SSS… y-a rien à voir
Espoir vite disparu.

Je vais, je viens, je repars
je laisse mes yeux se poser au hasard ;
Rien
Est-ce bien cela le vide, le rien ?

A l’aube pourtant, une maigre lueur
s’était hissée jusqu’à mon visage,
les oiseaux dans leurs nids m’invitaient,
l’escalier ensoleillé était plein de promesses

Mais les dés étaient pipés.
Mon œil n’a pu voir la vie
et son cortège de petits bonheurs.

J’ai abandonné les V, les I, les S, les D et autres ire, dépits, déni, œufs et nœuds pour m’enfermer dans ma détresse .

Sylvie (16/4/2020)

Ce contenu a été publié dans Atelier Buissonnier. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.