Apocalypse!

Il était seul face à cette immensité de rouille, brûlante encore du feu qui avait tout détruit,anéantissant un monde qui ne serait plus jamais. Depuis longtemps, le monde menaçait de changer,semblait vouloir courir à sa perte, tout se précipitait vers un inconnu brutal, violent, imprévisible,inquiétant. Un vent terrible s’était levé, emportant tout sur son passage, soulevant des montagnes de poussière, bousculant bêtes et hommes, arrachant les arbres et les toits, éliminant les souvenirs millénaires, dévastant les champs et les forêts, balayant sans pitié la vie des hommes, leur travail,leur génie, leur acharnement à vivre et à aimer la vie. Jamais il n’aurait pensé connaître l’Apocalypse. Or il l’avait vécue, terrifié, effrayé, incrédule.Maintenant le calme était revenu: drapeaux en berne, champs de pierres et de métal, amas de bois et de passé dévasté. De-ci, de-là, quelques clochettes tintaient, le rappelant à la vie, à sa vie. Une révolution avait eu lieu mais lui savait être devenu un nouvel homme.

12 novembre 2019

Ce contenu a été publié dans Atelier Buissonnier. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.