Ceux qui s’aiment

Ceux qui s’aiment dans les ruelles sombres d’Husavik ignorent la douleur des âmes fracassées.
Ils s’aiment tout simplement, tout naturellement sans se poser de questions. A 15 ans à Husavik ils se demandent à quoi ressemble la vie .
Les regards se croisent, se dévisagent, hésitent à peine.
Tu me plais, je lui plais. C’est tout , c’est simple. Nous allons jouer aux jeux des grands dans la lande islandaise.
Nous allons enfin connaître d’autres jeux que celui de l’ennui ou celui de se poser sur les dunes à contempler le ciel et la mer bleue gris en fumant ou en envoyant des galets ronds dans l’eau.
L’ennui disparaît en ce 14 juillet 2000 . Le cœur explose dans la poitrine d’Isle, la jeune rouquine qui rêve d’ailleurs. Isle rêve toutes les nuits d’être née ailleurs que dans cette ville islandaise perdue au milieu de nulle part où rien ne se passe en dehors des baleiniers qui échouent, des marins qui déambulent sur les quais à la recherche d’un bar ouvert ou de bras accueillants.
Du côté de Rin, depuis tout petit il ne sait pas qui il est. Il sent en lui une attirance pour les corps des garçons qu’il ne comprend pas.
Rin dort peu . Il est souvent réveillé par des rêves troubles.
Aussi quand il a remarqué l’attirance d’Isle à son égard, son être a dit Oui à cette aventure. Enfin il allait savoir qui il était quelle était sa croix.
Rin et Isle n’ont pas échangé un mot lorsqu’ils se sont retrouvés à la sortie du lycée ce 14 juillet.
Ils se sont donnés la main et ont couru tous les deux, heureux jusqu’à la mer grise. Le soleil perçait doucement, leur accordant sa bénédiction.
C’est ainsi que Rin et Isle ont perçu son message, lorsqu’ils se sont maladroitement unis au creux d’une dune blanche. Seuls face à la mer.
Isle et Rin à ce moment là , furent heureux. Leur terre Islandaise souvent décriée les enchantaient.
La Vie avait une couleur dorée.
Rin ne se posait plus de questions. Il vivait pleinement son moment de plénitude enserrant sa petite Isle dans ses bras.

A propos Catherine Z

J'écris depuis mon adolescence...comme beaucoup j'ai tenu un journal intime puis j'ai écrit des poèmes puis des textes et quelques petites nouvelles. J'adore lire depuis que je sais lire . Les livres furent mes premiers amis .
Ce contenu a été publié dans Atelier Buissonnier, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.