Idylle en Avril

Philomène tient entre ses doigts avides le fil de son idylle.

Elle voudrait tant une idylle solide, pas en argile.

Ils prirent l’ avion , elle et Gaston pour se rendre dans une île en Avril.

La crème solaire de Philomène sentait bon l’ abricotier.

Mais sous les cocotiers l’ idylle fut avortée.

Philomène perdit le fil de son idylle lorsqu’ elle vit la feuille de persil coincée entre 2 dents de Gaston.

L’ aventure fut bidon .

Gaston se transforma en un imbécile aviné, un fossile sans imagination.

Philomène repartit seule en avion vers d’ autres futures illusions.

Ce contenu a été publié dans Atelier Buissonnier. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.