La Libellule

La libellule argentée se désole de sa solitude en ce jour d’automne. Où sont parties ses compagnes ? Depuis de longues journées, elle ne perçoit plus leurs rires près de l’étang. Elle a quitté l’étendue d’eau. Elle est devenue une nomade. Elle erre, échevelée et solitaire, à la recherche de compagnie. Son vague à l’âme est tangible. Elle implore le ciel de lui rendre ses amis, sa famille. Que peut-elle offrir en échange de sa solitude, sa fragilité émotionnelle ?

Une éternité plus tard notre chère libellule se résout à sa vie de solitaire. A cet instant d’acceptation nue, il lui semble qu’une caresse divine l’effleure. Pourquoi serait-elle touchée par la grâce ? Elle, un insecte bleu perdu loin de son étang marécageux de l’Ouest des Yvelines. C’est ainsi qu’opère les appels mystérieux de l’au-delà ?  Oui, en ce matin de décembre, elle se sent appelée. Elle est envahie d’une joie sans nom, sans visage. Elle caracole, batifole, chante. Son timbre pointu et particulier est aussitôt reconnu par ses pairs et autres insectes. Notre libellule est d’un seul coup, entourée, magnifiée, glorifiée par une foule d’insectes volants et tous lui chantent « Tu es notre muse, notre messie, celle que nous attendions depuis des lustres. Voici ton trône ». La petite reine est déposée sur une belle feuille de nénuphar au milieu d’un lac. Soudain, un silence impressionnant s’installe. Tous attendent ses mots. Sans aucune timidité, avec un naturel touchant, la libellule prononce un discours sur le sens de la vie des insectes et sur la fraternité. Son langage est simple et percute le cœur de chacun. Après un temps d’ovation et de recueillement tous repartent apaisés. Elle s’endort heureuse, un sourire de gratitude accroché sur sa face. Tout a changé en ce matin de décembre. Elle est au-delà de la solitude.

A propos Catherine Z

J'écris depuis mon adolescence...comme beaucoup j'ai tenu un journal intime puis j'ai écrit des poèmes puis des textes et quelques petites nouvelles. J'adore lire depuis que je sais lire . Les livres furent mes premiers amis .
Ce contenu a été publié dans Atelier Buissonnier, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.