La vieille dame et le hêtre pourpre

Que faut-il pour conquérir le monde ? Drôle de question. Moi je dirais c’est déjà fait. Nous en sommes aujourd’hui à la conquête spatiale.

Notre monde doit être parcouru, découvert, protégé. Mais au fait, qu’est-ce-que le monde ? Chacun aura sa définition en dehors de celle, complète et complexe, du dictionnaire.

Pour les uns, le monde se découvre en voyageant vers des pays lointains. Pour d’autres le monde se résume à leur pays, à ses régions. Pour d’autres encore, le monde est leur quartier, voire leur rue. C’est certainement le cas de la vieille dame que j’aperçois au parc en ces jours d’été torrides. Elle vient tous les jours en marchant tout doucement, s’arrête devant un immense hêtre pourpre et le contemple pendant un temps infini. Ensuite, elle sort de son sac une bouteille d’eau et la verse sur les racines de l’arbre. C’est son ami et elle en prend soin en ces jours de canicule.

Pour elle, le monde a rétréci jusqu’à ne plus être que cet arbre majestueux. Qui est-elle ? A-t-elle voyagé autrefois ? Est-elle sortie de sa rue, de sa ville ? A-t-elle parcouru le monde ? Pourquoi ne lui reste-t-il plus que ce magnifique arbre ?

A la fin de l’été elle n’est plu venue. Je l’ai cherchée en vain. Son monde a-t-il encore rétréci au point de n’être plu que son appartement ou bien a-elle déserté ce monde pour partir dans un monde meilleur ?

Ce contenu a été publié dans Atelier Buissonnier. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.