Le calendrier de l’Avent

CALENDRIER DE L’AVENT

« 1er jour de l’Avent » dit Monsieur le calendrier. « Que tous ceux qui veulent participer se rassemblent autour de moi ».

On entend un grand remue-ménage. Les objets les plus hétéroclites se précipitent pour prendre la première place, celle du jour de Noël naturellement.

Ce sont les chaussures usées qui gagnent la course bien sûr. Elles s’installent au chaud case 23 et se préparent à revêtir leur parure blanche et laineuse, bien décidées à réchauffer les pieds de la Madone.

Les balais s’agitent, désordonnés et mécontents : « comment faire pour que tout reluise et brille le 24 ? ». Après maintes discussions, ils s’engouffrent dans la case 21. Tout sera prêt à temps et leurs plumes azur éclaireront le beau jour.

« Non mais, vous ne pouvez pas me laisser la place ? » demande la grosse bouilloire joufflue, rouge de colère. « Comment vont-ils s’occuper du petit si je ne suis pas là pour leur procurer une belle eau chaude et pure ? ».

« Tu serviras le thé depuis le commencement ; glisse-toi case 3 et ronronne tranquille ».

Le coussin blanc cassé, toujours larmoyant, se désole de son teint cireux. « Arrête de pleurer et va t’installer case 20 dans la mangeoire. Tu deviendras cocon moelleux pour le petit ».

Le bœuf d’un brun boueux s’était rapproché du calendrier pour demander de l’aide. « Va d’abord te laver puis reviens t’installer case 11 »

A cet instant précis, une bagarre éclate entre la chaise et l’âne. Elle veut être là pour que les uns et les autres puissent se reposer mais l’âne déclare qu’il doit d’abord chauffer la pièce. Au bord des larmes, la chaise se retire dans un coin tandis que l’animal, très fier, s’installe case 10.

Un fagot de bois et de sarments s’approche à son tour et offre d’élire domicile case 2 : « ils auront besoin de moi pour cuisiner, s’éclairer, se chauffer » déclare-t-il au calendrier. Celui-ci accepte promptement, lui indique la bouilloire qui l’attend avec impatience et ajoute : « pour le chauffage, nous avons déjà l’âne et le bœuf ; pas de concurrence s’il te plaît. Et pour l’ éclairage, j’ai une autre idée ».

Une petite fille très timide attend sagement dans un coin avec sa chèvre. Elle n’ose s’approcher, effrayée par tout ce tintamarre. Le calendrier la regarde en souriant et lui propose de tirer le lait de sa chèvre pour nourrir la petit famille. Ravie, elle se glisse case 6 avec sa petite chèvre.

Voici, cahin-caha, la cruche et le plat. Ils bougonnent de concert : « Hé ! Et nous, quelle est note place ? ». Pour les calmer, le calendrier les envoie derechef à côté de la bouilloire et du fagot, cases 4 et 5.

Une vieille femme au visage ridé comme une vieille pomme chevrote : « moi j’ai filé et tissé une belle pièce de tissu pour vêtir toute le monde. » Le Calendrier ne veut pas perdre cette petite vieille et son trésor et l’envoie direct case 7 commencer à coudre les vêtements de la Madone et son époux, Joseph, et les langes pour emmailloter le petit.

Le calendrier voudrait bien faire une petit pause, mais dans la queue les objets continuent de se bousculer. Il se frappe soudain le front : où sont les 4 bougies ? Celles-là même qui vont éclairer l’Avent ? Les enfants allumeront chaque dimanche une bougie et le 4ème dimanche, lorsqu’elles seront toutes allumées, ils sauront que leur attente touche à sa fin : Noël est proche. Les 4 bougies, grosses et rouges, toutes remplies de leur importance, se dandinent jusqu’à leur case de dimanche respectif (1, 8, 15, 22). Madame la 1ère bougie est déjà allumée case 1 et danse de plaisir.

La petit chaise oubliée lance un « c’est idiot cette histoire de bougie : les enfants n’en ont pas besoin puisqu’on est tous là ». Le calendrier la regarde sévèrement : « tu dis des sottises, c’est beau la flamme d’une bougie ; ça éclaire, ça danse, c’est joyeux ». Va donc t’installer chez la petite vieille et laisse-la s’asseoir pour coudre son tissu. Quand elle aura finit, tu pourras te promener pour laisser s’asseoir ceux qui seront fatigués. »

Une étoile scintillante attire l’attention de Monsieur Calendrier. Il la regarde un peu étonné, elle vient de tellement loin. « Je ne sais pas ce que je vais faire de toi. Reviens plus tard. » L’étoile manque s’évanouir de désespoir. Mais un beau sapin lui offre sa cime pour se reposer et lui déclare : « tu es belle tu sais ! ».

« On a failli oublier le sapin » s’exclame Monsieur Calendrier. «Vite, vite : plante-toi bien droit case 16. Je sais bien que dans le pays chaud où vivent Marie et Joseph, il n’y a pas de sapin mais ici, nous n’avons pas de palmier. Fais briller tes aiguilles et tes pommes de pin ».

« Mais où sont les guirlandes, les boules de Noël ? » se lamentent de petites voix. Le calendrier avait oublié les enfants… « c’est à vous de vous en charger » tonne-t-il, tandis que les petits s’éparpillent en hurlant de joie.

Trois messieurs respectables arrivent en grande pompe, chargés de trésors. Tous les objets ce taisent subitement, effrayés par ces personnages inconnus. Monsieur Calendrier, furieux, les interpelle : « dites-donc, les Rois Mages, vous êtes en avance et n’avez rien à faire ici. Rentrez chez vous et revenez quand ce sera votre tour,  le 6 janvier, pour l’Épiphanie».

« Il ne reste que 7 places » déplorent les objets dans la queue. « Nous n’arriverons jamais à rentrer dans le calendrier de l’Avent ». Mais Monsieur Calendrier appellent tous les enfants : « A vous de jouer : placez vos objets préférés dans les cases encore vides. Et n’oubliez pas que l’Avent débute le 1er dimanche des 4 dimanches qui précèdent Noël, vous pourriez donc remplir plus que 24 cases. A vous de calculer, un peu d’arithmétique ne vous fera pas de mal !… Et n’oubliez pas le petit Jésus case 24 tout de même…»

Nous voici presque à la fin de cette histoire. Monsieur Calendrier regarde cette œuvre : c’est beau et rempli de couleurs, de joie. Il y a même des petites douceurs, chocolats et bonbons sucrés cachés ça et là dans les cases. L’étoile brille au dessus du sapin pour éclairer le chemin des visiteurs. Tout est prêt pour célébrer cette belle fête : Joyeux Noël !

Ce contenu a été publié dans Atelier Buissonnier. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Le calendrier de l’Avent

  1. Monique M dit :

    J’aime ce texte plein de fantaisie…..un joli cadeau d’avent!

  2. Monique M dit :

    Voici donc le calendrier de l’avent musical, réalisé par des musiciens et des musiciennes dont l’amie de mon fils, Fiona Mc Gown ( mezzo-soprano)en cliquant sur le lien ci- joint vous obtiendrez chaque soir après 18 h un moment musical. Le 1 er et le 2 décembre sont bien sûr récupérables! Il y a chaque fois une explication car ceci fait partie d’un projet plus global de mise en lumière des compositrices oubliées. Donc patience après le texte vient la musique!!!(Mahler par ex a écrit à sa femme trois jours avant leur mariage: »j’espère que tu es bien consciente de nos rôles dans notre couple.Moi la musique, toi les enfants. »alors qu’Alma a composé des morceaux formidables!!!!.(dans la première fenêtre la demoiselle du milieu c’est Fiona).elles sont en jean ce qui est inhabituel pour des chanteuses lyriques mais vous comprendrez en écoutant la présentation…..pardon pour ces longues explications
    https://m.youtube.com/watch?v=1ES2SwB87b8. Bonne écoute

  3. Françoise L dit :

    Pour Sylvie, j’ attend avec impatience les cases suivantes du calendrier de l’avent !

    Pour Monique, superbe réalisation ce calendrier musical ! merci pour le partage !

  4. aliette dit :

    Merci merci pour ce texte délicieux et drôle et pour le calendrier musical !
    Aliette

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.