Les animaux de mon grand livre

Tapis dans les coulisses d’une page de mon grand livre, un tamanoir attendait patiemment l’arrivée de Raminagrobis. L’heure était grave ; les deux animaux devaient décider de la tenue d’états généraux pour organiser la distribution des victuailles cachées dans les bas-fonds des pages 50 à 60.

Mais Raminagrobis se faisait attendre. Il avait nonchalamment survolé plusieurs chapitres, soustrait quelques pages de victuailles avant de retrouver son ami.

Après de furieux rappels à l’ordre au son du tambour, leur rencontre se fit page 105. Un joli tableau, vif et coloré, leur fournissait une agréable table de travail sur laquelle étaient posés les outils nécessaires à leur réunion : un taille crayon, un magnifique carnet laqué, un vase rempli de crayons.

Un tintamarre assourdissant les interrompit soudain : l’âne de la page 80 avait décidé de se joindre à eux et réclamait l’ouverture du bureau de travail de nos amis, cis page 105.

Sans connaître le talisman magique, notre âne ne pouvait se joindre aux 2 compères. Il repartit dépité, regagna sa page et décida de continuer ses livraisons de poteries sur les marchés paysans localises pages 20 à 25.

Seuls les ailes de l’ange et le rumicube n’avaient pas trouvé leur page et restaient désemparés sur la couverture du grand livre. 

Ce contenu a été publié dans Atelier Buissonnier. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Les animaux de mon grand livre

  1. Emmanuelle P dit :

    J’aime beaucoup la sortie des sujets de leurs pages. Les livres s’animent. Les dessins animés seraient-ils des dessins sortis de leur support, qui décideraient de vivre leur vie en dehors de la feuille sur laquelle les auteurs les ont « gravés » ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.