Les rois mages

Serge, le jeune curé d’Asnières sur Seine frotte son crâne chauve. Il se veut exemplaire pour sa première année ! Il a organisé des messes par visio conférence pour ses rares jeunes paroissiens et pour Noël, il a prévu une crèche vivante. Il a lancé un appel via facebook et obtenu aussitôt des candidatures de quelques jeunes fidèles. En prêtre organisé il a planifié l’événement. Les figurants ne porteront pas de masque mais les distances sanitaires seront respectées. Serge rêve de la venue de l’évêque vêtu de sa toge mauve et dorée, le félicitant pour son courage et sa motivation : Une crèche vivante en temps de Covid de 8 heures du matin à 20 heures du soir… « Bravo jeune homme ! » Il entraperçoit le regard admiratif de l’évêque. Serge a prévu une chèvre qui symbolisera la vache et l’âne ! Pour l’enfant roi, un beau poupon fera l’affaire !

Une nuit de l’Avent, il se réveille en sueur …Il a oublié les rois mages. Balthazar, Melchior et Gaspard ! Le jeune curé est effondré. Il a tout prévu :  La vierge Marie incarnée par trois jeunes filles ; Joseph par trois jeunes hommes boutonneux. Tous les 6 se relaieront au cours de la journée. Serge exècre les jeans troués, les tatouages et les baskets. Aussi il a usé d’arguments percutants pour obtenir l’accord des jeunes de se vêtir en paysans. Une proposition de fête nocturne dans la crypte a recueilli un franc succès et permis à la crèche de se concrétiser ! Munis de leurs sacs de couchage, de musique et de bières, tout baigne. Le couvre-feu est respecté ! Serge est enchanté par ses compromis avec les ados.

Il a oublié les rois mages. Une crèche sans rois mages ! c’est impardonnable, l’évêque va le retoquer. Ses rêves de gloire s’envolent, disparaissent ! Le 20 décembre, il poste, paniqué, sur Facebook un appel à volontaires pour une vacation de rois mages à compter du 6 janvier. Serge tous les matins ouvre son ordinateur, avant de prier. Toujours pas de candidats. Oh miracle : le 24 au soir 1 message de Balthasar, 1 autre de Melchior et un dernier de Gaspard ! Tous les trois acceptent le deal. Ils seront devant l’église le 6 janvier. Le voyage pour chacun sera long et peut être retardé par les différentes mesures sanitaires en vigueur dans chaque pays. Serge s’inquiète également de leurs tenues. « Ne vous inquiétez pas », s’entend -il répéter par les 3 hommes . Le 6 janvier sur le parvis de son église au lever du soleil, les trois rois arrivent sur leurs  chameaux épuisés. Tous plus beaux les uns que les autres.  Vêtus de somptueuses robes d’apparat dorées, moirées et colorées très différentes les unes  des autres. Ils descendent de leurs montures, le jeune prêtre médusé, les conduit devant la crèche où ils s’agenouillent et déposent leurs offrandes aux pieds de Jésus : un calice d’or , de l’encens et de la myrrhe.

A propos Catherine Z

J'écris depuis mon adolescence...comme beaucoup j'ai tenu un journal intime puis j'ai écrit des poèmes puis des textes et quelques petites nouvelles. J'adore lire depuis que je sais lire . Les livres furent mes premiers amis .
Ce contenu a été publié dans Atelier Buissonnier, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.