Noir sur blanc

Il se berçait d’une douce illusion laiteuse. Il voyait tout en blanc : le ciel, la lumière des phares la nuit, ses habits. Quand elle lui assénait, le blanc c’est salissant, il disait rien ne salit ce qui est pur. Quand elle lui disait, le blanc c’est éblouissant, il répondait ben justement.
Il rêvait d’une réussite immédiate et lointaine, ici et là-bas. Quand elle le questionnait, que souhaites-tu réussir exactement, il rétorquait avec des yeux ahuris : tout et rien. Tu connais des gens qui ne veulent pas réussir ? Tu connais des gens qui te disent « je rêve d’échouer » ? Même les bateaux ne veulent pas, ni d’un doux vent gris, ni de s’éventrer sur une plage abandonnée.
– Tu n’es pas un bateau, Gabriel.
– Qui sait ? On nous parle bien d’ancrage en ce moment. Et dès qu’on pourra, de mettre les voiles, mais pas trop loin et surtout pas vers une immensité sans nom.
– Gabriel, je voulais te dire…
– Tu parles beaucoup tu sais, beaucoup trop parfois. Tu devrais te laisser imprégner par ce mois silencieux.
– Et y entendre quoi, Gabriel ? Moi, je veux t’écouter toi et je voudrais aussi que tu m’écoutes moi.
– Mais je t’entends et je t’écoute Gaëlle même quand tu ne dis rien. J’entends ton cœur qui bat, j’écoute ton souffle.
– Gabriel, prends moi dans tes bras.
– Viens près de moi et regardons par les vitres ouvertes…Rien ne bouge sur les pavés, c’est étrange.
– Tu crois qu’on retrouvera une vie comme avant ?
– Comme avant quoi ?
– Comme avant l’orage, comme avant maintenant.
– Inspire-toi du blanc, oublie le gris et colore le noir. Cela nous portera loin du malheur.
– Gabriel ?
– Oui, Gaëlle.
– Comment renaît-on de ces cendres ?
– Quelles cendres, Gaëlle ? Je ne vois que du sable blanc, de la neige brillante.
– Je ne vois pas ce que tu vois Gabriel.
– Et toi, que vois-tu ?
– L’amour entre toi et moi. Et toi, tu vois la même chose que moi ?
– Peu importe si on voit la même chose toi et moi. Ce que nous partageons est véritable. Nous n’utilisons pas les mêmes sens pour nous en apercevoir, lui dit-il en la regardant dans le blanc des yeux.

Ce contenu a été publié dans Atelier Buissonnier. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.