Portrait duel

Il avait une façon bien cavalière d’aborder les gens. Il n’y allait jamais par quatre chemins. Malgré sa beauté troublante, il avait tôt fait de laisser s’évaporer tout espoir d’une éventuelle connivence dès lors qu’il ouvrait la bouche.

Les mots sortaient cahin-caha dans un brouhaha à vous faire grincer des dents. Il était comme d’un autre monde, parlant un autre dialecte. On aurait dit qu’il avait grandi blotti au fond d’un nid géant dans une forêt lointaine, bien que son look apprêté jurât avec cette hypothèse.

Il y avait bien des choses à dire sur lui et en même temps pas grand-chose. Il incarnait tout à la fois le roman et le néant. Les notes discordantes crachées depuis le haut-parleur de ses poumons faisaient gondoler la toile du monde alentour.

A n’en pas douter, son étrangeté révélait un soupçon de magie. Il avait qui plus est un air malicieux, celui d’un enfant réclamant du caramel. Il n’y avait qu’à espérer qu’il lui collerait les dents.

La bougie dans un souffle nous révélerait la vérité.

A propos Elise V

Auteur et artiste visuel née en 1990. Vit et travaille en région parisienne. Participe aux ateliers sous les toits depuis janvier 2018 pour le plaisir d'écrire et de partager un moment convivial. Publications dans les revues An Amzer Poésie, Bloganozart, Fantasy Art & studies et dans les ouvrages collectifs A-Marée (2015), Encuentro (2014), Bloganozart Editions, Les Fiches Canasucre volume I (2014) éditions Canasucre Productions. Parution en 2015 de Jacques Cauda, in Cauda venenum aux éditions Jacques Flament, biographie du peintre et écrivain Jacques Cauda, en co-écriture.
Ce contenu a été publié dans Atelier Buissonnier, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.