Suivre la recette

Avec œuf. Sans œuf. Un seul ou une douzaine. Il y a de quoi se faire des nœuds au cerveau. Hervé en aurait la tête qui tourne planté devant ton frigo ouvert. Pourquoi faire un gâteau est-ce si difficile ? Il hait les gâteaux à cet instant. Mais une promesse est une promesse. Même si il préférerait cuvé plutôt que chercher une recette, il ne peut pas décevoir sa nièce. Il n’y a rien de plus grave. Bon la recette, OK. Farine, OK. Sucre, OK. Chocolat, OK. Œuf, euh … Attend, œuf. Ah voilà la boîte ! Mais alors l’espoir s’envole remplacer par la détresse. Bien niché, il ne reste plus qu’un seule œuf perdu dans tout cet espace. Un bref instant, Hervé envisage le nid qu’il voit de sa fenêtre avant de secouer la tête, s’attirant l’ire de sa gueule de bois. Il laisse passer quelques instants avant d’ouvrir un œil. L’œuf solitaire le regarde toujours de sa boîte en carton. Il n’a plus le choix, il doit y aller. Les aiguilles de l’horloge tournent à toute vitesse. Il se serait bien passé de tout ce cinéma dès le matin mais il ne veut pas déroger à la règle pour le premier essai. Il avale son café rapidement espérant éviter la nausée. Sa bouche est pâteuse et l’escalier semble interminable. Mais c’est un homme en mission et il ne faillira pas. Un nouveau problème se dresse alors devant lui dans cette course de haie sans fin. Bien rangé en bas des marches se trouve son vélo. Seul moyen de transport dont il dispose. Il regarde sa montre, son vélo puis ses pieds. Essaye dans son esprit embué de calculer le temps et la différence entre les deux. Peut-il y arriver ? Pendant cette parenthèse de réflexion, les grains de sable continuent de tomber un à un. Hervé finit par le remarquer et saute sur son vélo en réprimant une grimace. Il est accompagné par des tambours dans son crâne pendant tout le trajet aller puis retour. Il aimerait bien aller mettre les points sur les i à son moi passé. Ne sort pas la veille du jour où tu dois accueillir ta nièce pour les vacances ! Il s’accorde quelques instants en bas des marches mais il n’est pas encore prêt à abandonner. Quand le cortège de trompette derrière ses yeux se calment, il entreprend l’ascension de l’escalier. Tous les ingrédients sont enfin sur la table, la recette soigneusement posée à côté. Un saladier, une balance, un fouet. Ok, il a tout. Il peut commencer. Il s’applique et se concentre mais ce n’est clairement pas son fort. Il n’y a bien que pour sa petite élue qu’il le ferait. Il essaye tant bien que mal de tout mélanger quand il entend la porte d’entrée. « Tonton ! » « Hervé, c’est nous. » Les voix de sa nièce et de sa sœur filtrent jusque dans la cuisine. Au moment où elles entrent, il se retourne et se retrouve nez à nez avec de grands sourires. Les rires ne sont pas très loin. « Qu’est-ce qu’il s’est passé ici ? » Hervé a de la farine dans les cheveux, une trace de chocolat sur la joue et une tâche suspecte sur son t-shirt. L’état de la table est indescriptible. Hervé hausse les épaules : « Un gâteau, bien sûr ».

Ce contenu a été publié dans Atelier Buissonnier. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.