Vertige, vertigineux vertige

Vertigineux vertige

 

Vertige, vertigineux vertige

lorsque l’esprit s’arrête

au bord de la phrase

et la plume au bord de la ligne

 

Vertige, vertigineux vertige

de la tranche du cahier

qui s’offre comme un précipice

où ne veut pas courir mon crayon

 

J’appelle le petit monstre tapageur

qui trotte dans ma tête

au milieu de mille mots égarés

virevoltant dans une jolie sarabande

 

Au bout du temps, c’est une cascade de mots

éberlués, vifs et féroces

qui dégringolent le long de la feuille

pour suivre le sillon évident d’un drôle de langage

 

Ce contenu a été publié dans Atelier Buissonnier. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.