Hommage à Hopper

  • Elle est nue
  • Près de son lit défait
  • Elle es nue
  • devant sa fenêtre
  • Elle est nue
  • Un chemisier à la main
  • qui frôle son genou
  • Elle est nue
  • Et seule
  • En face, un bâtiment gris
  • vide, peut-être
  • le ciel est violet
  • sans un nuage
  • personne ne court
  • personne ne flâne
  • Deux rideaux jaunes
  • Comme des tentures de théâtre
  • capturent la lumière
  • Aucune raison de rire
  • Aucune envie de pouffer
  • pourquoi ce jour encore
  • s’habiller
  • Quitter cette chambre ?
  • Dans cette ville glacée
  • Où rien ne palpite
  • Seulement la crispation et la solitude.
  • Tous ces bateaux ailleurs
  • Tous ces rêves d’ailleurs
  • Ici, qui pourrait rêver ?
Ce contenu a été publié dans Atelier d'été. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Hommage à Hopper

  1. Emmanuelle P dit :

    La légèreté de la tenue, les phrases courtes enflamment le texte. Cela me plaît beaucoup.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.