20 ans après

Paris, Juin 2040
– Et si on quittait Paris, ma chérie ?
– Non Mamie, j’aime trop me balader sur les quais de la Seine
– Et si on transportait Paris sur les côtes Normandes ?
– Non, je te dis, j’aime trop les musées, les cinés, les restos, les bars, la vie nocturne, faire mes courses à 22h… et ça n’est possible qu’à Paris!
– Et si tout ça n’était plus possible, ni à Paris, ni sur les côtes Normandes, ni en France, ni ailleurs ?
– Non mais ça va pas bien Mamie ? Qu’est ce que t’as aujourd’hui ? Si tout ça n’est plus possible, et bien, y a plus de vie, c’est impossible !
– Et bien si figure-toi, c’est arrivé au printemps 2020, le monde était confiné pour échapper à un virus … tiens j’ai oublié son nom … enfin, un virus qui tuait par milliers les plus fragiles, les diabétiques, les malades des poumons et les vieux.
– Vraiment ? T’avais quel âge ? hum, 45 ans ! Et Papa, il avait 17 ans ! Mais ça a dû être l’enfer sur terre, l’horreur absolue, la tristesse, la désolation, la grande dépression collective.
– Pas du tout, imagine un peu, pendant deux mois, la quiétude absolue dans les rues de Paris, pas de voitures, pas de klaxons, pas de pollution, le monde au ralenti, le travail à la maison, ton père et ta tante suivaient leurs cours depuis leur chambre, les repas le midi et le soir en famille ! On a même vu des animaux sauvages en plein centre ville, des zèbres, des chevreuils, et même un paon qui faisait la roue dans le centre de Vincennes !
– Mais bien-sûr ! Tu te moques de moi Mamie ! Un paon qui faisait la roue en pleine ville … dans tes rêves !
– Tu as raison ma chérie, ça devait être un rêve …

Ce contenu a été publié dans Atelier Papillon. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à 20 ans après

  1. Emmanuelle P dit :

    le coronavirus aura nourri nos inspirations. Curieusement, j’ai initialement lu « Paris juin 1940 », et cela résonnait comme l’exode. Or, à la relecture, c’est 2040. Certains ont comparé les époques. Merci pour la douceur du texte.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.