l’éloge des libellules

Les libellules, ces demoiselles aux ailes d’ange et aux couleurs irisées, s’éparpillent avec grâce d’une fleur de lotus à l’autre. Un vent d’Est léger les soulèvent et les entraînent dans une ronde joyeuse et désordonnée.
Des rayons de soleil percent les feuillages pour flatter leurs mouvements vifs. On dirait des rêves délicats et sveltes qui courent au gré de leur fantaisie au-dessus des eaux profondes, des fleurs de marais et de la moindre branchette de bord d’eau.
Ça va, ça vient, ça tourne, encore et encore.
Rien ne les arrête, ni le coucou qui cherche sa pitance, ni le serpent prêt à les happer, ni le renard qui se terre sous les branchages, ni le castor qui remue ans cesse leur habitat humide, ni le hérisson qui les observe de ses petits yeux tout rond. Elles poursuivent leur danse volubile, ivres de printemps et de liberté.

Ce contenu a été publié dans Atelier Papillon. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.