Jeu de piste

Le lac est entouré d’une banderole de calicot imprimé de coquelicots.

Les 3 amis aux aguets entendent un bruissement.

– Vipères ? Rat ?

– Où ça ?

– Hypothèses. Simples hypothèses.

– Continue à nous faire peur et tu hypothèques à grands pas ton séjour avec nous !

– Séjour ? T’as pris le melon ou quoi ? On est au bord d’une mare d’eau croupie et t’appelles ça un « séjour » ?

– Fais gaffe Olaf, tu m’insultes devant des témoins.

– Ok monsieur l’omniprésent, l’omnipotent, le compétent, en 1 ou 2 mots…

– Stop ! Olaf, tu glisses ! Si tu énerves Hervé, il va mordre.

– De quoi tu te mêles toi ?! Et c’est quoi cette manie de changer les prénoms des gens ? Il ne s’appelle pas plus Hervé que moi Olaf.

– Et alors, Victor.. C’est mnémotechnique, Patrick !

– Stop ! Tu commences à me les briser menues.

– …

– Quoi ? Qu’est-ce que tu as à me regarder avec cet air de ravi ?

– J’attends le prénom. « Menu », ça ne rime avec rien. J’ai gagné. On fait la paix ?

– Je vais sortir prendre l’air.

– Il est susceptible, non ? On reprend le jeu de piste ? On n’est pas déjà dehors ?

– Tais-toi Raoul, tu vas attirer les autres participants. Mets ta cagoule.

– J’enchaîne les bourdes. Laisse-moi survoler la carte pour déterminer la prochaine cache. On attend Olaf ?

– Qui ça ?Ah oui… Il est trop offensé pour revenir. Je ne t’avais pas dit que les groupes impairs étaient une galère ?

Ce contenu a été publié dans Atelier Papillon. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.