La fin du calme

Dans les plaines glacées, il n’y avait rien à l’horizon. Rien que le vent qui balaye la neige et glace le visage. Rien que les montagnes et la roche. Rien que le silence des étendues désertes. C’était là que Teddy avait élu domicile. C’était certainement cliché, étant un yéti, mais c’était son petit coin de paradis. Loin des gens, de la chaleur et de l’agitation. Il était seul avec ses pensées dans sa tête. Ce qui était parfait pour sa vie d’érudit sans histoire. C’était parfait jusqu’à ce que tout change. Par un matin frais, Teddy observait l’étendue blanche depuis le porche de sa demeure un jus de fruit à la main. Il respirait à plein poumon l’air glacial quand il vit une colonne de fumée apparaitre. Il du y regarder à deux fois pour être sûr de ce qu’il voyait. Mais il n’y avait pas de doute. Au milieu de la plaine était apparu une silhouette de taille humaine de couleur rouge dont s’échappait de la fumée. Teddy posa son verre en catastrophe et se précipita vers l’apparition. Au fur et à mesure qu’il approchait, il ressentait la tiédeur de l’air, cette moiteur qu’il détestait plus que tout. Quand il pu enfin voir vraiment la personne, il s’aperçut que c’était un éfrit, un djinn du feu. Légèrement plus grand qu’un humain dont il partage le torse et les jambes inexistantes dans la fumée. Mais que venait-il faire ici ? L’efrit le vit à son tour et se précipita vers lui :

« Maitre Teddy ? Vous êtes bien Maitre Teddy ? Le Druide de la Cours des Glaces ? Parce que ce  serait formidable si vous l’étiez. Je vous cherche partout depuis 3 lunes. Nous avons absolument besoin de vous de toute urgence. C’est une urgence absolue … »

L’éfrit continua son monologue pendant 10 minutes sans s’arrêter même pour respirer.  Teddy du se résoudre à taper dans ses mains pour attirer son attention. L’éfrit fit fondre la glace un instant de fureur d’être interrompu, puis se rendit compte de son erreur.

« Pardon.

– Qui êtes-vous ? Et que me voulez-vous ?

– Je suis Duty, djinn à la Cours des Sables, et nous avons besoin de vous. Les Dieux ont disparu.

– Les Dieux ont quoi ?

– Disparu, évanoui, envolé en fumé, pouf.

– Oui, oui, c’est bon j’ai compris. Mais comment ?

– Je ne sais pas tout, je ne suis que le messager. Mais tout est expliqué dans cet étui.

– D’accord, suivez-moi. Sans rien toucher, vous allez tout faire fondre. »

Le yéti et l’éfrit se dirigèrent vers la demeure du premier. Teddy ordonna à Duty de se poster dans un coin et de ne plus bouger pendant qu’il étudiait le contenu de l’étui. Avant sa fuite vers le calme, il avait édifié sa réputation sur l’étude des Dieux et de leurs pouvoirs. Il était le plus calé sur le sujet. Mais à cet instant même lui ne savait pas quoi faire de la situation. Sans nul doute, il finirait par trouver. Peut-être.

Ce contenu a été publié dans Atelier Papillon. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.