la photo

Elle ne l’avait pas vu tout de suite. L’avenue Wagram apparaissait totalement déserte. Le silence était sorti de la photo et lui avait frappé les oreilles. Un instant sidérée par cette agressions curieusement assourdissante, elle ne l’avait pas vu. Mais il était là, tout petit des boucles envahissantes sur la tête et il jouait très concentré, avec une petite balle.

Il était là tel un survivant qui n’avait pas conscience de sa solitude. Le vide tonitruait dans l’espace et lui, il jouait. Il ne cherchait nulle compagnie du regard, il formait un duo avec sa balle. Lui et elle. Ignorants tous les deux du monde qui ne les entourait plus.

Ce contenu a été publié dans Atelier Papillon. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.