La vaisselle peut toujours attendre

Il est à peine 14h, je m’installe sur le canapé, je n’ai pas envie de sortir dehors. Je prétexte le mauvais temps, alors qu’il ne pleut pas, le froid alors qu’il semble faire doux. C’est seulement pour me donner un argument, une raison valable pour rester à l’intérieur, un mensonge éhonté pour cacher mon manque de volonté.

Je triture mes doigts de pieds. Il faudrait que je me coupe les ongles, mais la salle de bain est trop loin. J’enfouis mes pieds sous la couverture pour ne plus les voir. Je cherche la télécommande de la télévision. J’appuie sur le bouton pour changer de chaine. Il n’y a rien à regarder. Des images déjà vues, des images criardes, des images alarmantes. J’arrête mon mouvement compulsif quand je tombe sur un reportage qui s’annonce passionnant à propos de camions et de routes enneigées au fin fond de la Sibérie. Je m’allonge comme pour faire une sieste. Je remarque du chocolat sur la table basse et me tends attraper la tablette. Je passe la tête sous le canapé et remarque des paires de chaussettes oubliées et quelques moutons de poussière. Il n’y a pas de quoi s’affoler.

Sur l’écran, les heures passent sur la toundra, le paysage ne change pas. Je suis moi aussi installé sur mon siège pour des heures et j’attends. J’aimerai avoir envie de sortir au musée, de marcher dans la forêt, ou juste d’aller au supermarché. Mais je ne souhaite rien. Je caresse la couverture et explore avec mon doigt un trou. On dirait presque un sexe. Je retire mon doigt, je n’ai même pas envie de ça. Je me retourne et change de chaine sur un film déjà vu mille fois. Je tends la jambe et tente d’attraper un livre dans la bibliothèque. Je ne savais pas si habile. Mais en retirant le livre, il tombe par terre et je le laisse où il est. Je change encore de chaine, les comédies sentimentales me désespèrent. Je passe sur un documentaire sur les panthères des neiges. Elles peuvent rester pendant des heures sans bouger à guetter une proie.

Combien de temps est-ce qu’on peut rester sur son canapé avant de s’ennuyer, avant d’être à bout, avant de ressentir l’irrésistible envie de se lever pour faire la vaisselle et nettoyer toutes les casseroles ?

A propos Julien V

Dans l'écriture, il y a une échappatoire à la réalité. Passionné de nouvelles, lecteur de nouvelles du monde entier, j'aime écrire les quotidiens, les petits détails, les fêlures des personnages. Vous retrouverez des nouvelles gagnantes de concours, publiées dans des revues ou coup de coeur sur mon blog d'écriture : www.herissontapageur.net Vous pouvez bientôt retrouver une de mes nouvelles  intitulé "Emma" dans la revue "L'allume feu" qui  paraîtra au mois de juin.
Ce contenu a été publié dans Atelier Papillon. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.