Ma voisine du 3e étage

Mon chien est comme moi. Il a besoin d’air et de mouvement. Lui, c’est plutôt l’air qui lui manque ; moi, le mouvement. D’habitude, on sort ensemble trois fois par jour. Au début du confinement, c’est ce qu’on a fait. J’imprimais trois fois le formulaire et trois fois on sortait prendre l’air et se dégourdir les pattes. Mais cette satanée voisine du 3e étage a repéré le manège. Elle a du flair pour les irrégularités. C’est comme ça qu’elle contrôle le temps de ménage de l’employé d’immeuble ; qu’elle affiche les règlements. Enfin, bon, je ne vous fais pas la liste. Simplement, la dernière fois que je sortais pour la troisième fois, elle m’attendait à sa fenêtre. En fait, elle m’a cueilli.
Troisième sortie, monsieur Laurent, et ce n’est pas la première fois. Elle était contente d’elle ; ça se voyait. Je me suis pincé pour ne pas lui aboyer dessus. Je me suis gratté la tête et, d’un regard, j’ai montré mon chien :
Il est malade le pauvre. J’ai pas trouvé mieux.
Ah oui ? elle m’a demandé d’un air de vouloir en savoir plus pour me coincer.
Des désordres digestifs, j’ai dit. Et puis j’ai stoppé là. Vu qu’elle allait rester sans bouger à m’attendre, j’ai pas osé me pointer une heure après. On a fait court : trois fois le pâté de maison en courant et puis je me suis résolu à rentrer. Bongo, elle m’attendait… à sa fenêtre. On est remontés sans un mot.
Là-dessus, mon imprimante est tombée en panne. Alors recopier le formulaire en trois exemplaires tous les jours, ça a fini par limiter mes sorties. J’ai vu sur YouTube qu’un Chinois a couru un marathon chez lui.
Et ben voilà, je me suis dit. Le couloir, mon grand, le couloir ! Depuis, je le parcours. Je le parcours pendant une heure d’un trait, le podomètre à la main. Mon chien, non. Lui, il préfère renifler l’air frais sur le balcon. Et les quelques fois où je suis sorti, ces derniers jours, je n’ai plus vu ma commère à sa fenêtre. Alors je me suis surpris à m’inquiéter.
J’ai sonné à sa porte, personne. Alors là, je me suis plus qu’inquiété. J’ai resonné plus fort et plus longtemps et puis j’ai entendu des petits pas approcher. Et une toute petite voix :
C’est qui ?
C’est moi, j’ai dit. Vous savez, votre voisin avec le chien qui sort d’ailleurs beaucoup moins…
Ah ? a répondu sa voix engourdie.
Ça va ? j’ai demandé.
Pas trop. Je grelotte.
Je ne savais pas trop ce qu’il fallait que je propose. J’ai demandé avec un peu d’hésitation :
Vous croyez que vous l’avez ?
– Si j’ai quoi ?

Alors là, je savais plus comment faire. J’ai bégayé :
Ben… Vous savez, le truc, là, que tout le monde attrape…
On ne peut pas dire qu’elle lisait dans mes pensées. Après un blanc, elle a toussoté et elle a ajouté :
C’est un petit rhume, je crois…
On a convenu qu’on allait s’appeler. On s’est échangé les numéros.

Ce contenu a été publié dans Atelier Papillon. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.